Par Adorée Olela

Dans son discours éminent, devant ses paires des télécommunications et nouvelles technologies du monde francophone, le ministre congolais a assuré à l’auditoire qu’il y avait lieu d’admettre les obstacles dans la plupart de pays Africains francophones qui ne permettent pas l’épanouissement du numérique. Ils sont principalement constitués par la carence des infrastructures de base des télécommunications spécialement des réseaux de transmission à fibre optique, de l’énergie électrique, des infrastructures routières, le niveau faible d’éducation des populations et tant d’autres. Pour se faire, le numéro un des Ntic en Rdc souligne l’importance de la mise en place d’un réseau francophone des ministères ayant en charge la gestion du numérique dans leurs attributions, ce qui aidera les pays membres de l’organisation à revelever ces énormes défis. Cette plate forme devra accompagner les décideurs politiques des pays dans le processus de l’éclosion du numérique comme outil indispensable du développement socio-économique des nations.

Notons que toutes les propositions faites par Emery Okundji ont été acceptées à l’unanimité à la conférence sur l’accès au numérique organisé en Arménie.