Par Edmond Izuba

Pendant 3 jours les experts des différents services se sont retrouvés pour travailler d’arrache-pied en collaboration avec le secteur privé dont la Fec, Copemico, Fenafec dans le seul but de doter la RDC d’un environnement des affaires assainit. A l’issue de la dite retraite et des travaux intensifs, il en résulte l’élaboration d’une feuille de route préliminaire des réformes Doing Business 2020 pour les mesures urgentes à cours terme avant d’être mise en oeuvre en perspective du rapport Doing Business 2020 qui, celle des réformes à long terme qui se penche sur la mise en oeuvre des réformes liées à l’environnement général des affaires par la réforme à mettre en oeuvre sans lien étroit avec le Doing Business. Toutes ces propositions de réforme ont été d’abord validées au niveau du groupe d’experts du climat des affaires avant l’approbation des différentes structure réformatrices. Au cours de cette rencontre tenue à Sultani Hôtel à Gombe, plusieurs ministres ont rehaussé de leur présence dont le VPM du plan, le ministre d’État en charge de l’urbanisme et habitat, de la justice, affaires foncières et Madame Néné Ilunga Nkulu, ministre d’État en charge du Travail, Emploi, et prévoyance sociale.

Ayant pris la parole à cette cérémonie, le DG de l’ANAPI, Anthony Nkinzo a d’abord fait un bref aperçu des avantages qu’offrent cette feuille de route en RDC.
Revenir sur les attentes de l’Agence Nationale pour la Promotion des Investissements (ANAPI) aux décideurs Congolais.
«Ces attentes consistent au respect du calendrier des actions à mener par l’Anapi de l’appui et contribution effective de tous les ministères, services et établissements publics, pour relever les défis et enfin l’appropriation institutionnelle des reformes», a souligné Anthony Nkinzi.

Pour sa part, la ministre d’État en charge de l’Emploi, Travail et Prévoyance sociale Néné Ilunga Nkulu a d’abord salué le travail abattu par les experts sur la mise en oeuvre des reformes susceptibles d’une amélioration palpable d’un environnement sain des affaires en RDC. La patronne de l’emploi a fait savoir que ces réformes demeurent l’un des plus grands piliers de la vision du Chef de l’État Félix Tshisekedi Tshilombo. Ces reformes initiées depuis 2015 concernaient l’INSS (actuellement CNSS), l’INPP et l’ONEM qui, ensemble avec la DGI, devraient constituer un guichet unique de déclaration et paiement des impôts, taxes et cotisations sociales. «On peut dire que cela est une réussite car commencées avec les grandes entreprises auxquelles nous le voyons s’étendre progressivement aux petites et moyens entreprises sur toute l’entendue du territoire nationales», a-t-il fait savoir Néné Ilunga Nkulu.
En ce qui concerne la réforme proposée, à savoir intégrer le processus de déclaration d’embauche de l’ONEM au sein du guichet unique de création d’entreprises, nous ne pouvons que féliciter l’expertise de nos structures», a ajouté la ministre d’État.

La compétition à laquelle la RDC est engagée sur le plan international l’oblige à être compétitive, c’est dans ce sens que le numéro 1 de l’emploi a prit l’engagement de poursuivre avec la réussite de ces réformes dans son secteur, qui est un secteur clé pour la RDC.
A noter que notre pays est placée 184e sur 190 dans le climat des affaires.

Celcom