Par la Rédaction

Alors qu ‘une réunion de l’association des professeurs de l’université de Kinshasa pour l’évaluation de la grève était attendue demain vendredi 23 novembre, un communiqué du secrétaire général académique appelant tous les personnels, scientifique, académique, administratif… à la paie du manque à gagner de la prime.


Alors que le ministre de l’ESU affirmait il y a moins d’une semaine que le financement des élections n’avait pas permis de satisfaire les revendications des professeurs et considérant le fait que le processus électoral n’ait pas été totalement financé, il sied de s’interroger sur motivations de ce revirement.
Fallait-il attendre que des étudiants perdent la vie pour se saisir du dossier ?
Pourquoi cette action intervient-elle la vielle du le jour de la levée des corps des étudiants ayant été tués et après que leurs condisciples aient exigé les départs du recteur et du ministre de l’ESU ?
Tenant compte du contexte de*début de campagne électorale, sommes-nous face à une manœuvre politicienne ?

Cependant, la poursuite de la grève dépendra essentiellement des résolutions de l’assemblée extraordinaire initialement reportée une fois de plus pour mardi 27 novembre 2018.