Par Edmond Izuba

La commission d’intégrité et de médiation électorale composée des confessions religieuses, CIME en sigle, indignée de voir certains de ses membres signés la charte constitutive du Front commun pour le Congo, Fcc, une nouvelle plate-forme politique dont le président de la république est autorité morale.

Dans son communiqué rendu public ce mardi, le président de la Cime signale que cet acte qui vient d’isoler désormais cette catégorie des signataires de toute leur posture d’autorités religieuses neutres, constitue une violation des principes convenus. Le Révérend Elebe Kapalay Delphin déclare “exclus du cadre de médiation électorale tous les chefs religieux engagés politiquement en raison de leur appartenance confirmée et alignée aux organisations politiques reconnues.”

La Cime a également informer de l’arrivée à Kinshasa ce jeudi 19 juillet 2018 d’une délégation de la conférence des églises de toute l’Afrique (Ceta) dans le cadre des préparatifs accélérés du Forum national sur la paix et la réconciliation programmé dans quelques semaines à Kinshasa.