Par la Rédaction

La marche de colère à Lusambo, Chef-lieu de la province du Sankuru, contre la candidature de Lambert Mende et son colistier à l’élection des gouverneur et vice-gouverneur a tourné en une effusion du sang. Ce mardi 12 février 2019, les militants de la Convention des Congolais Unis, CCU en sigle, encadré de quelques éléments de la police,  ont voulu marcher pour exprimer leur soutien indéfectible au candidat du Fcc.

D’après les explications du président de la société civile de Sankuru, « ce matin, la situation a dégénéré. La population s’est réveillée sous les coups de feu de la police semant ainsi une scène de panique dans la ville. La police venue de Kinshasa et les artisans du ministre Lambert Mende ont pris pour cible la population qui a marché lundi à Lusambo. Présentement nous comptabilisons plusieurs mort (deux) et blessés graves parmi les victimes. La ville est restée paralysée et les boutiques, magasins sont fermés ».  

Du côté des organisateurs de la marche de la Ccu, on affirme « qu’il y a eu plusieurs actes de provocation de la part de certains individus mal intentionnés, ce qui n’a pas empêché à la police de faire son travail correctement ». Jean Pierre Lumbu, président urbain du parti cher à Lembert Mende, dit être parmi les victimes de la situation qui a dégénéré ce mardi matin. « Ces gens contre le ministre Mende ont incendié ma maison,  la maison de l’honorable Lobo et d’un autre député provincial».

Pour Pascal Manga, président de la société civile de Sankuru,  la solution proviendrait du retrait de la candidature au poste du gouverneur du candidat du Fcc. Il invite la population au calme.

En dehors de la revendication du lundi dernier contre la candidature de la liste du Front Commun Pour le Congo, la population dit continuer à mettre la pression sur leurs députés provinciaux pour que le choix du peuple soit respecté.