Par la Rédaction

Adolph Muzito est sur la sellette. Bon donneur de leçon de gestion à travers ses nombreuses tribunes, l’ancien premier ministre ne sait pas payer ses travailleurs depuis 26 mois. Image pathétique d’un opposant qui crie au changement tous les jours. 

A la RTVS 1, le climat du travail est maussade. A la base, le refus du promoteur à payer ses agents. Un élu pourtant mais qui mène une vie dure à ses compatriotes. Il peut beau critiquer Kabila et Tshisekedi matin, midi et soir mais lui-même n’est pas exemplaire, déplore un activiste pro-démocratie. 

 » L’obligation est faite à la RTVS 1 dans les 72 heures de la réception de la présente, de s’exécuter en foi des éléments de calcul de la rémunération suivant chaque contrat individuel et situation d’avant la minoration des salaires », avertit le brillant Me Mukadi Eddy.

Faute pour l’Administration de la RTVS 1 de s’exécuter dans les 72 heures après réception de la requête, l’avocat assure qu’il sera procédé à la saisie-attribution des comptes auprès de tiers en référence à la justice.

Fort du caractère alimentaire du salaire en droit congolais ( article 36 in fine de la constitution et des articles 109 et 110 du cod3 du travail ) et  au regard de la violation délibérée de cet Accord par l’administration de la chaine, les agents jugent inacceptable que la chaine qui fonctionne normalement ait décidé, sans bonne raison, de plonger les familles de l’ensemble du personnel dans une vie de misère et de précarité sans précédent. 

 »La créance salariale actuelle sur la chaine RTVS 1 revêt indiscutablement un caractère cumulé, c’est-à-dire certaine, liquide et exigible d’une part et est également, d’autre part, de nature contractuelle en respect aux articles 1 et 28 de l’Acte uniforme portant des procédures simplifiées de recouvrement et des voies d’exécution ».

Au bout d’un temps d’observation, la partie personnel s’est rendue compte de la mauvaise foi dans le chef du promoteur irrespectueux de ses engagements. 

Alors que l’administration de la chaine avait reconnu la créance en payant seulement un mois tout en promettant de s’exécuter le plutôt par rapport aux arriérés, aucun signe ne démontre aujourd’hui la volonté de l’employeur à respecter l’Accord. La tendance, par contre, est à l’intimidation, au musèlement des agents meneurs de la grève et à mâter la contestation. O

Des voix s’élèvent au sein de la corporation journalistique pour dénoncer le comportement inhumain d’Adolph Muzito, ancien chef du gouvernement de Kabila mais passé il y a deux ans à l’opposition avec armes et bagages. 

Là où les patrons de Digital et Télé 50 ont fumé le calumet de la paix et harmonisé avec leurs travailleurs, l’opposant de Lamuka, chanteur de la bonne gouvernance, fait la sourde d’oreille et continue à faire broyer du noir à plusieurs familles. Que l’État de droit s’applique, a conclu un défenseur des droits de l’homme. 

Pour rappel, les avocats du personnel de RTVS 1 se fondent sur un arrangement à l’amiable convenu au mois de février dernier au déclenchement du mouvement de grève entre le promoteur de la Rtvs 1, Adolph Muzito et ses agents qui recommandait à l’employeur d’apurer rapidement les arriérés de salaires.