Par la Rédaction

La fumée blanche tant attendue risque d’avoir effet d’une vaste surprise sans précédente. D’après nos sources sur place à Genève, les principaux bailleurs de fonds de l’opposition, à savoir : Moïse Katumbi, Jean Pierre Bemba, Adolphe Muzito, seraient prêts aujourd’hui à inverser la tendance. Ces trois leaders exclus de la course à la présidentielle, plus « nantis » que les autres opposants, ne sont plus favorables au « ticket» du probable gagnant Félix Tshisekedi, compte tenu de sa position sur la machine à voter jugée suspecte et de loin légaliste.
N’ayant pas encore brandi gentiment ses muscles, le charismatique Kamerhe, peu bavard depuis son arrivée à Genève, prétend continuer le combat même jusqu’au boycott. Sans persuader ses autres camarades de son vouloir d’être choisi candidat commun de l’opposition, Vital s’est vu s’offrir toute une manne de considérations bonifiant sa course à la présidentielle pour l’opposition sans le moindre soupçon, dès la première séance de contact ce vendredi à Genève.

« Le candidat commun, aussitôt désigné, deviendra une propriété de toute l’opposition et non de sa formation politique », confiait Claudel André Lubaya à objectif-infos.

Soumis à un interrogatoire qui s’est terminé en queue de poisson lors d’un entretien provoqué jeudi dans la résidence de Jean Pierre Bemba à Bruxelles devant Katumbi, Etienne Tshisekedi junior a parlé sans convaincre. Cette réunion dite de quatre vérités s’est déroulée en catimini avec l’objectif de ramener Fatshi à la raison, a été délibérément bouclée laissant chacun camper sur sa position. Le parti historique de l’opposition radicale, Udps, est sur le point de perdre cette bataille de conduire toute l’opposition aux élections prochaines. L’Union pour la démocratie et le progrès social ne s’est pas montré fidèle aux engagements pris vis-à-vis des autres partenaires politiques du combat.

Un bon départ pour l’ancien président de l’assemblée nationale à qui les récentes intentions de vote lui placaient en deuxième position après Fatshi, a désormais de l’avance dans cette course à la primaire.

Arrivé vendredi à Genève, Jean Claude Vuemba veut lui aussi porter sa pierre à l’édifice en cas d’une quelconque mésentente.