Par Anady-Sarah Nadya Kibalabala

C’est un érudit, un génie, un expert dans le domaine favorisant  la promotion du développement des villes par la transformation de l’espace rural en espace urbain. Deogratias Yamabo, puisque c’est de lui qu’il s’agit, continue à réaliser des merveilles dans son pays d’accueil, la Suède depuis des nombreuses années.
En vacances à  Kinshasa, sa province natale en ce mois de Juin, ce dernier lors d’une récente entrevue avec votre Magazine admet d’avoir trouvé la capitale RD Congolaise en un très mauvais état sur les plans des constructions et infrastructures. Cela, ne lui a pas empêché d’interpeler les autorités publiques ainsi que la population, pour qu’elles  conjuguent  des efforts pour le bien être de la patrie.

Peiné dans son cœur face à cette situation qu’il qualifie de déplorable, Deogratias Yamabo n’a pas délié sa langue. »J’ai pu constater qu’il  n’y a presque pas de suivi en matière des constructions et infrastructures », s’est-il confié avec un air de déception. Au cours de son argumentaire, à  en croire notre interlocuteur , l’exécutif national devrait prendre en considération certains paramètres pouvant permettre de protéger toute réalisation ou  construction afin de faire face à quelques préoccupations. Il a, cependant, proposé des pistes des solutions.  » La planification.  L’on conçoit, l’on produit et enfin l’on gère. Toute réalisation ou construction a un cycle de vie qui va au minimum 50 ans et au maximum 100 ans, d’où la gérance et la maintenance doivent être prises en considération « . A-t-il dit avec détermination.

Sans équivoque, Deogratias Yamabo a appelé, respectivement la population et les  autorités publiques, c’est-à-dire le Gouvernement, à la responsabilité, d’autant plus que la République Démocratique du Congo est un bien commun qui nécessite les soins adéquats. Ce faisant, elle doit retrouver sa splendeur du passé et pour ce faire, la Rdc doit avoir une loi sur la construction , loi qui devrait servir de  feuille de route pour lutter contre les constructions anarchiques qui ôtent la vie à beaucoup de congolais.