Par Patrick Kitoko

Les magistrats du parquet et de siège ont repris les audiences des matières civiles ce mardi 15 Octobre 2019, et celà, dans toutes les juridictions. Ce qui consacre alors la rentrée judiciaire en République Démocratique du Congo.
Une audience solennelle et publique de la rentrée qui a été marquée par la présence du premier ministre Sylvestre Ilunga Ilunkamba, venu représenter le président de la République Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo.
Activité du reste tenu à la salle d’audience de la cour de cassation.
L’éthique, la bonne gouvernance et la lutte contre la corruption, tels étaient les principaux axes des allocutions des intervenants du jour.
Il faut joindre la guerre militaire à la guerre judiciaire, tel est la demande du bâtonnier national, Maître Matadi Wamba au gouvernement congolais. Ce dernier a fixé sa plaidoirie sur le combat contre la corruption en se basant sur l’éducation comme point de départ, le traitement des dossiers de l’appareil judiciaire et le diagnostic qui fait partie du suivi et du contrôle du pouvoir exécutif.
Les faits de corruption en période électorale, cas de la motivation des électeurs, c’était le thème choisi par le Procureur Général de la République près la cour de cassation. Flory Kabange Numbi a fait l’analyse sur les infractions attachées à la corruption ainsi que la motivation des électeurs pendant cette période électorale, tout en suggérant l’insertion de l’infraction de la corruption dans la loi électorale.
Et, à Jérôme Kitoko Kimpele, premier président de la cour de cassation de faire l’analyse doctrinale de faux en écriture.
Des discours qui ont trouvés les assentiments de la cour de cassation qui a son tour a pris actes avant de déclarer ouverte la rentrée judiciaire 2019 2020.