Par Jean-Chrysostome Luntadila

C’est dans le but de rendre encore plus compétitif le domaine des exportations en RDC, que le premier ministre, Ilunga Ilunkamba, sous la houlette de son ministre du commerce extérieur, Jean-Lucien Bussa, vient de créer, en date du 05 mars 2020, l’Agence Nationale de Promotion des Exportations dénommée ANAPEX. Cette nouvelle structure que vient de bonnifier le chef du gouvernement au ministère du commerce extérieur, aura pour mission de promouvoir les exportations de tous les produits congolais d’origine agricole, agro-industrielle, industrielle et artisanale.

En outre, elle va assurer également la mission de l’expansion commerciale par l’intensification des échanges avec les économies tierces.

Il y a lieu de noter que l’ANAPEX exercera ses activités sur toute l’étendue du territoire national, et peut établir des représentations ou antennes à l’étranger sur décision de son Conseil d’Administration. Elle va pour ce faire, collaborer avec tous les Ministères ou Organismes publics dont les activités contribuent à la promotion des exportations.

Quid de l’ANAPEX?

Dotée du rang d’un établissement public à caractère administratif et technique avec une personnalité juridique et d’une autonomie de gestion, ANAPEX comprend un Conseil d’Administration, une Direction Générale et un collège des Commissaires aux Comptes.

La fière chandelle revient à JL-Bussa qui a le mouillé maillot pour la création de cette Agence qui donnera de l’emploie aux Rd-Congolais à l’image de l’ANAPI.

Jean-Lucien Bussa a été front

Bien avant le décret du premier ministre, Bussa a préparé en amont la venue de ce nouveau capable de renflouer les caisses du trésor public et faire la concurrence à d’autres structures plus anciennes que de nom. Pour s’imprégner du fonctionnement des Agences d’exportations des autres pays, les jeunes de ce Ministère ont été envoyés en mission en Égypte et en Tunisie. Cette formation aura le mérite de servir de levier pour le bon fonctionnement de l’ANAPEX.

Par ailleurs, le ministre Bussa a travaillé au four et moulin les semaines dernières dans son cabinet de travail avec tous les opérateurs économiques de son secteur. Il a été à l’écoute des patrons des sociétés de cimentieries, brassicoles, des producteurs des barres de fer (ferronniers) ainsi que leur patronat, la Fédération des Entreprises du Congo. Leurs échanges ont porté spécialement sur l’évaluation des mesures de restrictions pour la protection de l’industrie locale face à la concurrence déloyale. A l’issue de cet entretien riche en propositions, les opérateurs économiques ont remercié JL Bussa pour son implication visant à la protection de l’industrie locale.

Des mesures ayant stabilisé les prix de certains produits sur le marché notamment les Ciments dont le prix est resté stable voilà plus de cinq mois. Ils ont également fait part au Ministre du commerce extérieur JL-Bussa des fraudes qui entourent l’importation malgré les mesures prises par le patron du commerce extérieur.

Avec la FEC, la taxe import-export qui est passée de 65 Usd à 2000 Usd l’an, avait dominé les discussions entre Bussa et la Fédération des Entreprises du Congo.

Pour sa part, le ministre du commerce extérieur a signifié à la FEC que le but de l’augmentation de la taxe import-export coulée dans un arrêté interministériel entre le Ministère des Finances et celui du commerce extérieur, est de maximiser les recettes de l’Etat, afin d’atteindre les assignations budgétaires fixées par le gouvernement pour l’exercice 2020.

Tout compte fait, une commission mixte composée de son Ministère du commerce extérieur et la FEC devrant examiner le dossier sur ladite taxe, a été mise en place question de favoriser un climat des Affaires sain.

Ci-dessous le décret portant la création de l’ANAPEX