Par Edmond Izuba

La rédaction d’objectif-infos s’est investi pour en savoir un peu sur le sujet qu’a abordé un de ses articles exclusifs sur l’interpellation du ministre national de la solidarité et de l’action humanitaire pour le détournement des fonds alloué aux sinistrés de Minembwe.
Des faits recueillis après les enquêtes minutieuses ont éclairé certaines zones d’ombre.

En effet, en date du 29 juillet dernier, le comptable d’Etat attaché aux affaires sociales et au ministère de la solidarité et action humanitaire, monsieur Alexis Bondeli n°comptable 0567, a débarqué dans la résidence du ministre Biando Bernard pour l’informer de la disparition de la somme de 494.100$ Usd, argent destiné aux sinistres de Minembwe dans la province du Sud-Kivu. Alexis Bondeli a avoué que cet argent placé dans un coffre-fort de son cambiste dans le seul but de lui générer des bénéfices s’est volatilisé depuis le 26 juin dernier. Il finira par solliciter du ministre une faveur afin de s’endetter ailleurs pour rembourser l’importante somme dans l’espace de 12heures. Pas totalement convaincu des explications de son collaborateur à la va-vite assorties des faits aussi graves, le ministre a eu le réflexe d’appeler les agents de sécurité pour l’arrêter hic et nunc. Aussitôt arrêté, les enquêtes sur la disparition de 494.100$ ont été ouvertes, l’incriminé, le comptable Bondeli sera placé à garde à vue en attendant les enquêtes appropriées de services appropriés.

Des sources concordantes ont signifié à notre rédaction que les fonds de la présidence de la république destiné à la population sinistrée de Minembwe au Sud-Kivu, sont coordonnés collégialement par deux ministres à savoir : le ministre d’Etat, ministre de la décentralisation Azarias Ruberwa et celui de la solidarité et action humanitaire Bernard Biando. Sur un total de 555.587$ Usd, les deux ministres ont déjà eu à ordonner deux sorties de fonds pour financer le travail d’évaluation sur terrain et les états de lieux de la situation ; à l’ordre de :

· 1ère tranche : 1.600$ Usd

· 2èmè tranche : 4.300$ Usd

La convocation du ministre Bernard Biando dans les installations de l’agence nationale de renseignements a été d’une très grande surprise. Les enquêtes ont relevé plutôt le rapprochement du comptable d’Etat et les services de sécurité, dans l’objectif ultime de saper l’image du ministre Biando.

Interpellé à 18 heures puis relâché aux alentours de 2h, et prêt à être lavé de tout soupçon sur base des éléments de preuves présentées, le ministre humilié serait en train de se demander jusqu’à ce jour l’origine de son interpellation.

Nombreux sont les observateurs qui n’hésitent plus à interroger les origines politiques. En réalité, Biando Bernard, conservateur idéologique fidèle de l’Udemo, celui qui a démissionné au même moment que Nzanga Mobutu dans le gouvernement Muzito, serait victime d’un règlement de ses détracteurs politiques.