Par Ben Dongoko

Malgré le sit-in ténu ce mardi 25 février par les anciens élèves de l’Ecole Nationale d’Administration devant le bâtiment du ministère de la Fonction Publique à Kinshasa, ces derniers n’ont pas toujours obtenu gain de cause. Insatisfaits, les anciens élèves de l’ENA ont passé nuit blanche dans des conditions qui laissent à désirer devant le bâtiment de la fonction publique.

En effet, ces élèves réclament leur mise en service quatre mois après la fin de la formation.
A en croire Pacifique Assumani, délégué principal de ladite promotion, ils devraient, selon la loi, être mis en service trente jours après la clôture de la formation. Mais ils regrettent déjà de n’avoir bénéficié d’aucune notification malgré des nombreuses démarches menées auprès de la tutelle (fonction publique).

Selon les réponses recueillies des sources officielles, le statut de l’actuel secrétaire général de personnel actif du ministère de la Fonction Publique ad intérim ne lui donne pas le plein pouvoir d’agir en leur faveur. Force est de constater que des promotions précédentes ont été mises en service par le même secrétaire général.

L’occasion faisant le larron, ces anciens élèves de l’Ecole Nationale d’Administration affirment avoir passé six mois sans aucune source de revenu, pourtant ils avaient reçu toutes les garanties de prise en charge de la part de l’Etat congolais.
Sans un travail palliatif adéquat, ces anciens élèves, qui pour la majorité d’entre eux vient de l’arrière pays, n’ont pas des familles sur place à Kinshasa.
Ces derniers invitent l’implication du Chef de l’Etat Félix Antoine Tshisekedi pour qu’une solution idoine soit vite trouvée.