Par Edmond Izuba

Suspendu pour une durée indéterminée du Front Commun pour le Congo, plate forme politique que dirige Joseph Kabila pour cause d’indiscipline et «des actes non conformes à la charte qui régit cette coalition», Bahati campe sur sa position.

Cette façon de se débarrasser définitivement de Bahati, considéré depuis toujours comme un G8, l’un des pions de la vague d’anti Kabila “G7”, bloc Katumbiste, officialise la candidature de Modeste Bahati Lukwebo à la course au perchoir du sénat.
Le bureau provisoire du sénat qui procédera à l’enregistrement des candidatures des membres du bureau définitifs au moment opportun devra prendre acte de cette décision du FCC, afin de valider la candidature de Bahati Lukwebo, président du parti politique AFDC, à la tête de la chambre haute du parlement.

Justifiant sa participation à la dernière réunion avant cette decision d’exclusion, Bahati Lukwebo Modeste est resté égal à lui-même. « Je n’ai pas accepté. Est-ce que moi j’ai signé leur déclaration ? Nous maintenons notre candidature. Nous allons de l’avant et c’est tout. S’ils me suspendent nous irons avec notre regroupement », a dit à ACTUALITE.CD Modeste Bahati.
En réalité, Lukwebo sort par la petite porte après avoir multiplié plusieurs déclarations ce dernier temps contre ses alliés directs, et prouvé son autonomie dans ses prises de position.
Ce leader politique aux côtés de Kabila, s’est depuis toujours plaint de la récompense que réserve pour lui Joseph Kabila après chaque scrutin. L’AFDC, parti politique de Bahati était jusque là le plus grand parti politique du FCC après le Pprd de Joseph Kabila.