Par Serge Mavungu

Les Directeurs de cabinets de deux ministres, à savoir : celui du vice-premier ministre, ministre du budget et celui des finances ont eu à éclairer l’opinion nationale ainsi pour mettre fin à la confusion amplifiée par certains médias animés de mauvaise foi. Au cours d’un point de presse conjoint, le Directeur de cabinet du Vice-Premier ministre du Budget, Jean-Marie Bamporiki et celui du Ministre des Finances, Vincent Ngonga ont fourni toutes les explications possibles.


S’exprimant devant la presse, le Dircab du Vice-Premier ministre du Budget a fait savoir que le Plan des Trésorerie (PTR) se veut un instrument interne de gestion de budget de manière à éviter que l’on tombe dans le travers de surendettement ou de travers de financement monétaire.

A titre d’exemple, le PTR nous a révélé que nous avons un financement monétaire au mois de janvier 2020 alors que ceci devrait être nul pendant le programme et les dispositions ont été prises quant à ce.

Ainsi, il faut revoir le PTR de mois de février et celui de mars, de manière à absorber le financement monétaire afin que le mois de mars soit un financement nul.

Le Dircab du Ministre des Finances a, quant à lui, rappelé que le PTR et le plan d’engagement sont des instruments interne de gestion et n’aucun pouvoir pouvoir pour modifier la loi.

En terme concret, le PTR même s’il est réduit n’a pas le pouvoir de réduire les dépenses qui sont autorisées par la loi mais peut le retarder dans le moment propice pour l’exécuter du fait que son rôle est d’assurer l’équilibre de l’économie et celle de la monnaie.

L’occasion faisant le larron, Vincent Ngonga a fait savoir que les rémunérations sont de dépenses contraignantes, les bénéficiaires devaient avoir aucune crainte car elles sont inscrites, malgré la conjoncture,dans le PTR.