Par Edmond Izuba

C’est un échange à l’américaine que le député Muyaya s’est livré avec sa base de la Funa. Debout, IPhone en main (utilisé comme curseur sur écran géant) Patrick Muyaya a commencé son speech en répondant indirectement aux nombreuses critiques des électeurs sur l’absence des élus sur terrain. “chers jeunes, amis et frères, je n’ai pas intérêt à vous fuir parce que je n’ai rien à vous cacher non plus”.

Le bilan présenté était axé autour des sports, économie, la sécurité, la diplomatie.
Cet élu de la Funa est à l’initiative de la mise en place du réseau de jeunes parlementaires, une structure appelée à militer pour la création de l’emploi des jeunes et combattre la discrimination sociale. Quant à l’emploi,
il a, avec d’autres de ses collègues, contribué sur le projet du gouvernement des réformes à entreprendre dans la fonction publique; contribution ayant permis de créer l’école nationale de l’administration, ENA.
Désigné rapporteur de l’Assemblée nationale au début de cette législature, il a selon ses dires «pris soin de confectionner une grille de programme avec un contenu mettant les élus du peuple devant leurs responsabilités».
Il a en outre interpellé le ministre de PTNTIC à propos de la hausse de prix des services par les sociétés de téléphonie mobile.

il s’est illustré dans la sensibilisation pour lutter contre les épidémies de la maladie de mains sales dans les grands marchés de la capitale, et dans les plaidoyers pour lutte contre la délinquance urbaine juvénile, phénomènes Kuluna et Ujana auprès des autorités compétentes.

Patrick Muyaya s’est donné à une séance plus ou moins académique pour expliquer le rôle d’un député national afin d’apaiser l’auditoire réservé à applaudir lors son speech.

Quelle tâche de Joker à jouer pour l’avenir ?

Muyaya Katambwa s’est vu dans l’obligation de sensibiliser sur le pouvoir que détient la population à travers son vote. Il a présenté nouvelle candidature à deux niveaux, national et provinciale, avant d’inviter la population à voter pour la compétence cette fois-ci.