Par Edmond Izuba

Dans une déclaration à Kinshasa, l’association congolaise pour l’accès à la justice, Acaj, qualifie l’information judiciaire ouverte par le procureur général de la république sur le passeport “falsifié” de Moïse Katumbi comme le énième harcèlement politico-judiciaire, outre que trois autres affaires dans le passé, contre l’accord de la Saint sylvestre dans son volet decrispation politique et la résolution 2409 du conseil de sécurité des nations unies.

Son président national, Georges Kapiamba, lui demande également au Pgr d’abandonner sa politique actuelle des poursuites qui ne cible que les opposants politiques, membres de la société civile et des mouvements citoyens.

L’Acaj se réserve le droit d’initier une pétition à l’échelle nationale en vue d’obtenir soit la démission du procureur général, actuellement procureur près de la cour de cassation, soit le relèvement de ses fonctions.