Par Edmond Izuba

Sauf imprévu de dernière minute, le premier ministre, vivement attendu à Muanda, va procéder au lancement de la 6ème Edition du tour cycliste de la république démocratique du Congo, ce jeudi 28 juin 2018, après le succès récolté lors de la précédente édition. Muanda, ville pétrolière du pays, a été décoré « capital du jeu cycliste africain » avec l’arrivée sur place des coureurs de plus de 14 pays du monde dont neuf pays africains. Une très forte délégation aussi des officiels congolais, accompagnée du ministre des sports et loisirs, du gouverneur du Kongo-central et les autorités urbaines de la ville de Muanda, avant l’atterrissage du chef du gouvernement.

Toutes les dispositions sont prises pour permettre les congolais d’ici et d’ailleurs de ne pas rater ce grand rendez-vous devenu planétaire, avec la présence sur le lieu du lancement des médias nationaux et internationaux qui vont assurer une retransmission en direct, rassurent les organisateurs du tour. « Nous inscrivons ce tour sous le thème de l’espoir, c’est le message que nous voulons transmettre. Car, la réussite de ce tour permettra à la république démocratique du Congo de s’inscrire définitivement dans le calendrier mondial de l’organisation de ce tour. Nous espérons quitter cette phase expérimentale », signale rapporteur adjoint de l’organisation du tour cycliste congolais, Olivier Pengongo.

La trajectoire choisie doit occasionner la découverte du Congo profond et les potentialités que regorge le pays de Joseph Kabila. Les athlètes doivent, non seulement respirer l’air de la savane, mais aussi découvrir les nouvelles infrastructures routières réalisées par le gouvernement congolais. Au total dix grandes villes sélectionnées pour accueillir les coureurs venus de la France, la Belgique, la Hollande, Nigéria, Burkina-Faso, Cameroun, la côte d’Ivoire, le Mali, le Rwanda, sans oublier la Rdc, à savoir : Muanda, Boma, Matadi, Kimpese, Kinshasa, Goma, Likasi, Lubumbashi, Kolwezi, et Kikwit. Ce 6ème tour cycliste bénéficie exclusivement du financement du gouvernement congolais, à travers le président de la république qui tient à la tenue de cette organisation de manière régulière.