Par la Rédaction

Plus rien ne va au mécanisme national de suivi de l’accord d’Addis-Abeba. Une année jour pour jour depuis que le coordonnateur intérimaire n’a plus possession de ses bureaux. Léon Olivier Engulu se dit victime des combines de directeur de cabinet du chef de l’Etat pour l’invincer de ses fonctions. “le Directeur de cabinet du chef de l’Etat a, d’après mes investigations, placé son neveu pour engager le mécanisme de suivi contre la volonté des partenaires de cette institution après avoir écrit une correspondance interdisant la tenue des activités au siège du MNS”, explique le coordonnateur ai.

Léon Olivier Engulu interpelle le président de la République pour remettre de l’ordre dans cette structure qu’il lui-même mise en place.