Par MB

L’insécurité à l’Est de la RD Congo, demeure véritablement le leitmotiv principal des sorties médiatiques à répétition, de l’activiste des droits de l’Homme, Me Luc Fikiri. Cet avocat de son état, évoluant aux États-Unis d’Amérique, a une fois de plus crevé l’abcès, en offrant au Chef de l’État, Félix Tshisekedi Tshilombo, des pistes de solutions pouvant mettre fin à des actes de meurtre perpétrés ces derniers temps dans la partie Est du pays.

Pour y arriver, connaissant mieux le milieu en tant que fils du terroir, ce dernier a, dans une déclaration récente, invité le Président de la République à pouvoir s’inscrire dans l’optique du dialogue avec les forces locales du Nord-Kivu, telles que les Maï-Maï. « Discuter avec les forces locales telles que le Maï-Maï serait une bonne action. Ils sont d’ailleurs prêts à déposer les armes », martèle-t-il. Et ce, avant de renchérir :  » Le Président doit descendre dans ce coin du pays ».

Dans son élan, ce juriste n’a pas manqué de recommander au premier citoyen du pays, une sécurisation par les forces de l’ordre de tous les coins et recoins de la partie Est de la RDC. À l’en croire, Félix Tshisekedi devra obligatoirement, contribuer à l’armement d’une manière adéquate des éléments de sécurité, en vue d’espérer de voir la paix revenir au Nord-Kivu.  » Il n’y a pas d’hélicoptères dans le Kivu, pas des pick-up de l’armée… qui vont sécuriser la population? Il faut des patrouilles des policiers chaque nuit », a signifié Me Luc Fikiri. En gros, il a longuement tablé sur les réformes de l’armée congolaise.
Originaire de l’Est du pays, Me Luc Fikiri dit maîtriser les contours des situations à la base de l’insécurité dans ce coin de la RDC.