Par Edmond Izuba

Escorté par les militaires de la garde républicaine, Franck Diongo a répondu à l’heure, 10h00′, à l’appel des juges de la cour de cassation, sur demande des avocats de la partie requérante.

«Le président national du mouvement lumumbiste progressiste, Franck Diongo, a été condamné comme auteur intellectuel des infractions commises par ses militants, arrestation arbitraire et coups et blessures et tortures. Mais nous constatons que les quinze auteurs materiels de toutes ces infractions ont été tous libérés. Donc, les infractions condamnant Franck Diongo ne doivent plus exister.»

Mimie Angel Konde, l’un des conseils de Franck Diongo croit dure comme fer au relâchement de son client par la cour de cassation qui est censée corriger les erreurs de la cour suprême de justice.

Condamné à cinq de prison le 23 décembre 2016, Franck Diongo a été appelé à comparaître comme renseignant lors des audiences foraines de ses 15 co-accusés, militants du Mlp.

Une mobilisation importante des militants du mouvement lumumbiste progressiste qui assistent à distance à l’audience, encerclés par les forces de l’ordre.