Par Edmond Izuba

Le président du Rassemblement congolais pour la démocratie/Kisangani-Mouvement de libération (RCD/KML), Antipas Mbusa Nyamwisi a galvanisé une foule lors de son retour en fanfare dans son fief électoral qu’il n’a pas revu depuis près d’une décennie. L’exilé politique du régime Kabila a livré un meeting public a Beni sur la place du 30 juin, après un accueil triomphal lui réservé par ses supporters. Dans son discours, l’ancien ministre de la décentralisation de Joseph Kabila transformé en fervent défenseur du pouvoir actuel ne passe plus par le dos de la cuillère pour justifier son soutien aveugle au chef de l’État Félix Tshisekedi. «L’insécurité persistante a Beni est intolérable. L’avènement d’un nouveau pouvoir est certainemen un motif d’espoir. J’ai accepté la main tendue de Félix Tshisekedi qui m’a demandé de l’aider à résoudre ce problème», déclare Antipas Mbusa.

En dehors de l’insécurité grandissante dans cette partie du pays, Mbusa Nyamwisi a également une mission de contribuer à la sensibilisation afin de parvenir à l’élimination complète de la fièvre hémorragique à virus d’Ebola. «Je reviens aussi pour participer à la sensibilisation contre ebola. Je me suis d’ailleurs fait vacciner à Butembo. Cette maladie est une réalité et nous devons accepter les mesures d’hygiène et la vaccination», conclut-il.

Plus de mille personnes ont déjà perdu la vie depuis la parution de cette maladie tragique à Beni et à Butembo, avec un risque de contamination très élevée compte tenu du refus de la résistance des patients à se faire traiter, sans oublier les attaques à répétition aux différents centre de pris en charge des victimes de cette maladie.