Par Edmond Izuba

Le manifeste des universitaires congolais continue à bénéficier de l’attention soutenue de bon nombre de citoyens dans l’univers scientifique. Ce mardi au siège de l’association congolaise pour l’accès à la justice lors d’une cérémonie, quatre sont venus marquer leur signature pour dire non au troisième mandat anticonstitutionnel du président Kabila. Il s’agit des deux professeurs et deux du corps scientifique, à savoir: Le professeur Sam BOKOLOMBE, le professeur KALELE Ka Bila, Me Richard BONDO et Me KWEBE.

Ces scientiques congolais voudraient tout simplement dire Non à la violation de la constitution, car pacte fondateur et source de légitimité de toutes les institutions. Ils ont affirmé ne pas faire contre poid au Front Commun pour le Congo, FCC; mais plutôt une nécessité de les amener vers le respect de la constitution de la République.

«Toute justification d’un troisième mandat présidentiel constituerait une flagrante fraude à la Constitution qu’aucune théorie de droit constitutionnelle ou de science politique ne saurait justifier. Elle serait également politiquement et moralement injustifiable dans la mesure où le Président Joseph Kabila avait lui-même formellement reconnu être arrivé à la fin de son deuxième et dernier mandat et s’était engagé à ne plus se représenter à travers l’Accord global et inclusif du 31 décembre 2016 et l’Arrangement particulier signés par ses délégués de la Majorité présidentielle.»

«Constatant, par ailleurs, que la crise que traverse actuellement le pays ne peut prendre fin qu’à travers la tenue des élections libres et transparentes auxquelles le Président actuel, empêché par les dispositions constitutionnelles.»

A l’unissons, ces scientifiques invitent les congolais à la conscience citoyenne ainsi que patriotique, tout en visant une réhabilitation de l’intelligence ainsi que de l’intellectuel congolais.