Par la Rédaction

Depuis son départ du ministère des PT-NTIC, « Emery Okundji s’est lancé dans une campagne d’intoxication et de diabolisation contre son successeur. Un chantage médiatique sans précédent ayant pour but de salir gratuitement l’image de son excellence Augustin Kibassa Maliba ».

Pour sa part, le conseiller en communication du ministère Kibassa n’est pas resté indifférent après avoir lu des élucubrations d’Emery Okundji à travers certains médias en quête du sensationnel, au sujet de la rétrocession du mois de juillet.

Face à cela, le cabinet Kibassa qui a déjà fait une mise au point à ce sujet, précise qu’il ne va pas céder les 40% destinés au fonctionnement du cabinet.

« C’est la loi qui sera de stricte application. Le cabinet sortant aura 60% et les 40% resteront pour le fonctionnement du cabinet. Et même les 60% il les empocher seul au détriment des membres de son cabinet comme il en avait l’habitude de le faire », explique Jimmy Mukendi.

Cependant, ce dernier explique que lors de son départ, Okundji n’avait rien laissé dans la caisse. Tout a été emporté.
« Il n’a rien laissé, tout a été emporté, les outils de travail, on a rien trouvé », a-t-il ajouté.

Pour Jimmy Mukendi, « Augustin Kibassa veut développer ce ministère à travers les lois qui n’ont jamais été respectées. Le ministre est venu pour démanteler tous les réseaux mafieux érigés au sein du ministère ».

« Selon les informations en notre possession, Okundji prenait cet argent (la rétrocession, Ndlr) et empocher seul sans redistribuer aux membres de son cabinet, et il ne savait pas que la loi déterminait la clé de répartition. Et maintenant, le ministre Kibassa en appliquant la clé de répartition, il a hérité les passifs et les actifs. Il n’existe pas l’argent des individus, c’est l’argent de l’État. Le ministre ne va céder à aucune machination politique, il ne va céder à rien. Il va appliquer la loi », a expliqué le conseillé Mukendi

Il souligne en outre que c’est l’aspect rigueur, peuple d’abord, respect de textes adopté par le ministre Kibassa qui fait peur aux ennemis de la République.

En conclusion, le cabinet Kibassa « reste déterminé et ne va jamais perdre du temps face aux mauvaises pratiques d’une vielle époque longtemps décriées par tous, que l’ancien ministre des PT-NTIC Okundji a choisies comme mode de fonctionnement à travers des médias sensationnels ».
« Le ministre Kibassa n’a peur de rien. Devant lui il n y a que la loi, il n’a pas peur d’un individu. Si Okundji pense qu’il est en ordre avec la loi, qu’il vienne le voir ou bien qu’il saisisse les cours et tribunaux, c’est clair », a martelé Mukendi Tshimanga.