Par Edmond Izuba

Le journaliste Louis d’Or Balekelayi ne désarme pas.
Il vient de mettre sur la place publique les failles qui ont caractérisé les arrêts de la cour constitutionnelle rendue dans la “précipitation” hier tardivement.
Pour ce candidat malheureux rétabli dans ses droits par le premier jugement, député élu de la circonscription électorale de Mont-Amba, les candidats du Front commun pour le Congo (FCC) n’étaient pas concernés par la demarche des députés Lamuka.
“N’étant pas concerné par les revendications des invalidés de LAMUKA, comment la même cour peut violer la constitution en revenant le 03 juillet sur son arrêt du 10 juin. Pourtant Louis d’or Balekelayi n’était pas concerné par les erreurs matérielles. Et même si tel était le cas dans la requête de Néron Mbungu, en droit les erreurs matérielles ont été vocation à modifier le fond d’un jugement ?”, s’interroge avec amertume Louis d’Or Balekelay.

Le nommé “Papa social”des habitants de Mont-Amba n’arrive pas à bien saisir le sens du recours de l’invalidé Néron Mbungu Mbungu devant la même cour. Pourtant, il avait refusé de siéger à l’assemblée nationale en optant pour le poste de vice-gouverneur de la ville de Kinshasa.

“En plus, Mbungu avait déjà renoncé à son mandat à l’Assemblée nationale. Et donc il n’avait plus qualité de saisir la cour parce que c’est sa suppléante qui siégeait. Mais à cause de l’argent, les juges ont laissé faire. La cour constitutionnelle de la rdc sera jugée devant le tribunal de l’histoire”, conclut-il.

La Cour constitutionnelle va t-elle revenir en arrière pour se dédire au sujet de ce dossier? La question reste posée.