Par Ben DONGOKO

Une fois dans les oreilles du quatrième pouvoir de la RDC, le Journaliste en danger condamne sans état d’âme le licenciement téléguidé du journaliste Jacques Matand de la BBC Africa. JED estime que cette décision est sous l’influence des autorités rwandaises. De ce fait, elle rend moins crédible la BBC.

« Sans entrer dans le fond de cette affaire de l’interview controversée, il semble que la raison officielle pour laquelle il a été sanctionné c’est de n’avoir pas respecté la politique éditoriale de la maison. Si tel est le cas, ce licenciement sans préavis est disproportionné mais il indique clairement que le responsable de la BBC ont agi sous pression du gouvernement rwandais, ce qui est inacceptable pour un média qui est censé être libre et indépendant. Pour JED, nous considérons que lorsqu’un média n’est pas libre et indépendant, il cesse d’être crédible tout simplement », a réagi à ACTUALITE.CD, Tshivis Tshivuadi, secrétaire général de JED.

JED soutient par ailleurs la pétition lancée pour exiger le retour du journaliste à son poste et la démission d’Anne Look Thiam, rédactrice en chef de BBC Afrique, basée à Dakar.
« J’ai signé ce matin la pétition qui a été lancée sur internet. Cette signature est non seulement l’expression de la solidarité avec notre ami Jacques Matand mais aussi une expression de mon indignation par rapport à la sanction qui a été infligée. C’est de réclamer que notre confrère puisse retourner à son poste et puis de dire à la BBC qui est quand même un grand média qui est beaucoup suivi dans le monde particulièrement en RDC qu’il en va aussi de sa crédibilité. Il ne faut pas donner l’impression que c’est un média qui agit sous pression ou sous les ordres politiques », a ajouté Tshivis Tshivuadi.

Notons que l’union nationale de la presse du Congo (UNPC) menace pour sa part, de décréter l’embargo du média britannique sur toute l’étendue de la RDC.

Il sied de rappeler que Jacques Matand, journaliste congolais travaillant à la rédaction de BBC Afrique à Dakar (Sénégal), siège régional de la radio britannique, a été viré à la suite d’une interview avec l’auteur Charles Onana sur le Rwanda.