Par Edmond Izuba

L’information ne fait plus l’ombre d’aucun doute. Joseph Kabila, le guide suprême, ayatollah du Front Commun pour le Congo (FCC) a tranché sur le successeur de Léon Kengo au bureau du sénat congolais. D’après nos sources sûres de la famille politique majoritaire dans les deux assemblées (Sénat et chambre basse) la hiérarchie a rétabli Alexis Tambwe Muamba, sénateur indépendant élu de Kindu et membre du groupe parlementaire AFDC et Alliés, comme président du bureau et Évariste Boshab Mabush Mabileng, sénateur Pprp élu de Mweka, comme 1er vice-président.

Bahati Lukwebo contre vents et marées !

D’après la méthodologie adoptée par la bande à Kingakati lors de leur dernière rencontre des sénateurs, il a été octroyé la présidence du sénat au regroupement politique AFDC et Alliés dans l’objectif de faire asseoir l’équilibre dans la famille politique de l’ancien président de la république. Cela était également du goût de Bahati Lukwebo. Sans définir le nom, le président du plus grand regroupement politique avait crû voir le Sud -Kivu occuper la présidence du Sénat à titre de récompense politique et de l’équilibre géostratégique. Alors que l’Homme de Kingakati considérait Lukwebo Bahati comme un traître dans le rassemblement. Beaucoup du FCC sont ceux qui l’identifient au CACH (cap pour le changement) plate forme du chef de l’Etat minoritaire dans les tous les organes déliberants.
Pourtant, l’élu de Bukavu, Bahati Lukwebo n’est pas prêt à lâcher prise. Les informations recueillies ce matin font état du maintien de sa candidature contre le ticket de Joseph Kabila, son mentor. «Nous allons les court-circuiter lors des élections de membres du bureau. La présidence du Sénat revient à Bahati Lukwebo, le chef de fil de notre regroupement. Comment Joseph Kabila pouvait nous imposer les deux individus sanctionnés par la communauté internationale. Ce n’est pas normal ça ! », déclare un cadre influent de l’AFDC. Dans les coulisses, Lukwebo serait bonifié d’un poste important au gouvernement futur Ilunga Ilunkamba, un autre membre du Pprd. Mais pas trop sur si ce poste lui reviendra de droit compte tenu des promesses non réalisées de la dynastie Kabila depuis l’existence de l’AFDC.

Pour cette course Bahati semblait bien être le véritable maillot jaune vu que la quasi-totalité des caciques de la famille politique Kabila font l’objet des sanctions américaines et de l’Union Européenne. Le choix de Joseph Kabila relève d’un pur dilemme cornélien surtout que sa bergerie regorge les traitres et les très proches-intimes, les individus sur qui pèsent les sanctions de la communauté internationale.