Par Cleverly Dylan Gaye

Visiblement, Martin Fayulu ne s’est toujours pas remis de sa défaite aux élections présidentielles du 30 décembre 2018. Désillusionné depuis lors, l’homme brille par un aigreur et une ingratitude indescriptible. Il tire sur tout ce qui bouge, en veut à tout le monde et se déclare ennemi de toutes les personnes qui osent reconnaître le pouvoir de Félix Tshisekedi. Sa dernière sortie médiatique au journal le Monde en est une illustration éloquente.

Aurait-il craqué ?

Au cours de son interview accordée au journal Français le Monde, le candidat malheureux aux dernières élections s’est farouchement attaqué à Moise Katumbi, l’actuel Coordonnateur National de la Coalition Lamuka qui a soutenue sa candidature. Martin Fayulu a dans cet entretien manifesté sa haine à l’égard de l’ancien Gouverneur du Katanga qu’il a qualifié de quelqu’un qui fait la politique pour l’argent :

«Moise Katumbi sait exactement ce qu’il fait. Il n’a pas la même conviction ni les mêmes principes que moi. J’ai toujours été écœuré par ceux qui font de la politique pour l’argent.» Et Martin Fayulu de renchérir : «On sait que certains ne sont pas clairs dans Lamuka. Après les élections, il y en a pour qui le combat est devenu trop dur à mener…»

Les diplomates occidentaux n’étaient pas épargnés de la colère de Martin Fayulu. C’est le cas du Ministre des Affaires Étrangères Français Jean Yves Le Drian, qu’il a traité de «guignol» et de l’Ambassadeur Américain en poste à Kinshasa Mike Hammer, qu’il considère comme «le directeur de Marketing de Félix Tshisekedi».

Tout ceci parce que le Chef de la Diplomatie Française qui a été la première personnalité au sein de l’Union Européenne à contester l’élection de Félix Tshisekedi, l’a enfin reconnu et vanté l’alternance démocratique qui a eu lieu au sommet de l’État lors de sa récente visite en RDC. L’ambassadeur Américain en RDC a quant à lui, payé les frais pour avoir accompagné Félix Tshisekedi aux États-Unis d’Amérique lors de sa visite de travail au mois de mars de cette année. Celui qui se fait appeler le commandant du Peuple en veut aussi aux dirigeants de l’Union Africaine qui selon lui refusent de le recevoir.

Cependant plusieurs analystes attribuent cette attitude de Martin Fayulu à l’aigreur et à l’ingratitude. Comment celui qui n’était qu’un politicien de second rang avant l’accord de Genève et pas connu sur l’ensemble du territoire national peut-il s’apprendre à Moise Katumbi, l’homme qui a fait de lui ce qu’il est devenu aujourd’hui s’interrogent-ils ? C’est une réalité, entre les deux, le courant ne passe plus, depuis que Moise Katumbi avait opté de faire une opposition républicaine et de se rapprocher de Félix Tshisekedi. En réalité, Moise a été dupé, car il aura dépensé son argent pour rien. Devant les ingrats à la couleur de Fayulu, il ne pourra que s’en vouloir.