Par Edmond Izuba 

Drapeau en berne, fouille systématique des passagers voulant emprunter  les périmètres de l’ambassade américaine, les militaires et policiers assurent à la sécurité de toutes les entrées, c’est le paysage actuel que présente l’ambassade des Etats-Unis en Rdc. Aucun symbole diplomatique américain n’est visible sur le sol kinois. Malgré le doute des autorités congolaises  au sujet de d’une éventuelle menace terroriste contre les ressortissants américains ou leur ambassade, l’ambassade continue à sensibiliser les américains vivant au Congo, à Kinshasa précisément de redoubler la vigilance, à garder profil bas et informer les membres de famille de leur sécurité. Dans son tout dernier communiqué posté sur le site dimanche dans la soirée, le département d’Etat-affaires consulaires  affirme à nouveau que l’ambassade des Etats-Unis sera fermée au public ce lundi 3 décembre ; qu’elle travaille avec le gouvernement de la république démocratique du Congo pour répondre à la menace terroriste contre les installations du gouvernement des Etats-Unis à Kinshasa. Après la réaction du vice-premier ministre des affaires étrangères qui semblait minimiser les faits, le gouverneur de Kinshasa s’étonne à son tour : ça sera pour la première fois de l’histoire que la ville de Kinshasa soit touchée par une attaque terroriste, même dans l’Est du pays où les attaques sont récurrentes la piste terroriste est de moins à moins avancée. Dans une entrevue accordée au site d’information actu.30, André Kimbuta invite tout simplement la population au calme afin de ne pas céder à la panique, toutes les dispositions sont prises.

 Une certaine opinion kinoise colle aux Etats-Unis une thèse selon laquelle, à travers ces alertes maximales, le gouvernement américain préparerait psychologiquement ses ressortissants à craindre l’escalade de violences à l’issue du scrutin présidentiel prochain, un climat peu favorable à la paix et la tranquillité installé risque de plonger la capitale congolaise dans le chaos imprescriptible.