Par Jean Chrisostome Luntadila


Il est resté tout cru et sec, sans avoir peur de sa hiérarchie. Lors d’une rencontre à la primature, siège du chef du gouvernement, Déo Nkusu, le tout puissant ministre de relation a utilisé un ton moins poli à l’égard de son Premier ministre : «Si Atou Matubuana revient aux affaires après les enquêtes de la justice, je vais démissionner du gouvernement et je pousserai aussi mon ministre provincial au Kongo central à la démission». Ce, après que Ilunga Ilunkamba ait fait une observation quant au vote qui s’est déroulé à l’assemblée provinciale du Kongo central sur le dossier “scandale sexuel”, où le Non au réquisitoire du PG de la cour de cassation avait emporté sur le Oui, soit 21 contre 19 voix. Cet acte regrettable n’a pas laissé indifférent certains dignitaires de la cette province qui ont saisit la rédaction d’objectif-infos.cd. Les dignes fils du terroir ont souhaité à ce que Ilunga Ilunkamba prenne sa responsabilité face ces propos qu’ils estiment “déclassés” de son ministre. «Si le Chef du gouvernement cautionne ces menaces, ce que le pays n’a pas de chance d’avoir un premier ministre de rigueur. Ilunga Ilunkamba doit se confirmer comme chef», a déclaré ces élus du peuple. 

Pourtant, c’est de bonne foi que le premier ministre réunissait dans son bureau de travail les parlementaires issus de cette province pour savoir comment mettre fin à la crise à la tête de la province du Kongo central.