Par André Katende

Les négociations se poursuivent entre Cash et Fcc pour la sortie du gouvernement , les femmes leaders de la province montent au créneau. Parmi les forces vives des organisations féminines, l’on retrouve Nathalie Kambala, une citoyenne consciencieuse qui ne compte surtout pas reculer d’un iota.

La secrétaire exécutif de “l’ONG femme main dans la main pour le développement du Kasaï” (FMMDK), une structure qui défend le droit de la femme, souhaite que la femme soit représentée si pas à 50% ,comme l’indique la constitution, au moins à 30%.

« Les ministres sont nommés et non élus ; c’est pourquoi nous demandons au président de la république de pouvoir nommer aussi les femmes compétentes. La constitution dans son article 14 parle de 50% mais étant donné qu’il y’a des femmes qui n’ont pas étudiées et que les autres qui ont étudiées travaillent déjà, je souhaite qu’il y ait même 30% des femmes au sein du gouvernement, fait savoir Nathalie Kambala Luse qui nourrit d’un désir de voir ces femmes travaillées comme ministres et non comme vice-ministres.