Par la Rédaction

Les menaces proviennent de la famille Litho, un ancien dignitaire de Mobutu, à quelques quatre jours de la remise et reprise entrele président sortant et entrant. La famille Groupe Litho Moboti (GLM) exige à Joseph Kabila, le tout premier ancien président élu en vie en Rdc,  les preuves physiques (acte de vente ou titre de propriété) qu’elle aurait délivré qui pourrait justifier un quelconque achat. Les documents datant de 2014 qui ont émaillé la toile avec les signatures de Théodore Mugalu, Chef de la maison civile du chef de l’Etat, le Général Olengha, Chef de la maison militaire du chef de l’Etat, ainsi que le ministre de la défense et des anciens combattants qui cherchaient avoir les éclaircissements après les réclamations des Litho.

Est-ce un règlement de comptes ou une demande de justice équitable ?

« En effet, Monsieur Gbua Te Litho, gérant statutaire de la société SGA Sarl réclame le paiement des arriérés de loyer, selon lui fixé à 35.000 USD par mois, pour l’occupation de l’immeuble la Raquette « GLM », peut-on lire dans la correspondance du Général Olengha transmise à Théodore Mugalu, pasteur de son état. A part ces correspondances officielles de gestionnaires privés de biens privés de la famille du chef de l’Etat en fonction, les membres de la famille Kabila gardent leur silence et préfèrent ne pas réagir. « L’immeuble devenu une propriété privée et personnelle de la famille Kabila comme de nombreux autres bien de proches de Mubutu depuis l’entrée à Kinshasa de l’Afdl en 1997 », déclare à Objectif-infos un des ayant droit de la vaste famille Litho. Profitant de la faiblesse actuelle de la famille Kabila qui n’est plus au pouvoir, Pitshou Litho Moboti compte à tout prix faire comparaitre ces accusés devant les barreaux. Il croit dur comme fer.

Qui est Litho Moboti ?

Quand ce dernier meurt en 1982, il est le premier distributeur des vivres dans la capitale grâce au rachat de Congo-Frigo et le plus important opérateur national dans la pêche industrielle avec la PEMARZA -Pêcherie industrielle du Zaïre. Il laisse un immense empire immobilier, des biens et une fortune comme nul autre compatriote n’en disposait à l’époque. Son patrimoine recensé comprenait plus d’une cinquantaine de villas.

Rien que dans les chics quartiers de Ngaliema et de la Gombe, une dizaine d’immeubles et une vingtaine d’appartements dans le centre commercial de la ville de Kinshasa, plus d’une vingtaine de propriétés à Limeté, des villas, des fermes et des unités industrielles disséminées dans la quasi-totalité des provinces de la R-dCongo. L’immensité de sa fortune était à la hauteur de son inventaire renfermé dans un document de plus d’une vingtaine de pages comme propriété de son entreprise GLM – Groupe Litho Moboti.