Par Edmond Izuba

Le ministre d’Etat, ministre du travail, emploi et de la prévoyance sociale, Néné Nkulu a clôturé le 4ème Séminaire technique du Bureau de liaison de l’Association Internationale de la Sécurité Sociale pour l’Afrique Centrale (BLAISAC).
Elle a à cette occasion, insisté sur la nécessité d’améliorer le cadre juridique congolais qui doit être cohérent à la législation internationale en la matière. « Soucieux d’améliorer les conditions de la vie de sa population, notamment celle du travailleur et ayants-droit , il a conduit à la promulgation par le chef de l’État de la loi n°16/009 au 15 juillet 2016, les règles relatives au régime général de la sécurité sociale, laquelle a pris en compte la nécessité d’arrimer la législation nationales aux instruments juridiques internationaux en matière de sécurité sociale » a déclaré la Ministre.

Pour la Directrice générale de Caisse nationale de la sécurité sociale, Agnès Mwad, ces assises étaient consacrées à l’harmonisation de législations de protection sociale en Afrique centrale. «La sécurité sociale qui est un droit inhérent à la personne mérite être encadrée par un bel arsenal juridique. Elle apparaît comme un véritable facteur de développement dans une société moderne. La sécurité sociale ne peut jouer son rôle de levier du développement socio-économique que si le dispositif légal était en harmonie avec les normes supra-nationale aux instances qui interviennent dans le domaine de la protection sociale», a martelé Agnès Mwad.
A l’issue de ces travaux, plusieurs recommandations ont été formulées. Les panellistes ont recommandé l’harmonisation des textes comme une des priorités dans la gouvernance de caisse membre du BLAISAC, l’incitation de l’ensemble des états membres à se conformer aux normes supranationales ainsi que la désignation des points focaux pour la gestion des lignes directrices. Cette cérémonie a été sanctionné par la remise des brevets aux participants à ces travaux qui ont duré de trois jours.
Ces assises ont reuni plusieurs pays membres de cette organisation dont le Cameroum, le Comores, le Gabon, la République du Congo, la République Centrafricaine et la RDC, pays organisateur.