Par Edmond Izuba

Le conseil supérieur de l’audiovisuel et de la communication n’est pas au courant, de manière officielle, de la coupure du signal numérique et analogique de la chaîne de télévision et radio Rtvs1, une chaîne privée émettant à Kinshasa. Dans un entretien accordé à la rédaction, son président Tito Ndombi signale que son institution ne connaît pas jusqu’ici l’origine de cette fermeture. «Nous cherchons à identifier d’où est venue cette coupure, et puis demander qu’on nous transmette le dossier pour que nous puissions engager notre procédure. Nous cherchons d’abord à entrer en contact avec le ministère des médias…pour engager la procédure», explique Tito Ndombi.

Dans son point de presse ce mardi 2 juillet le président de la république disait s’enquérir de la situation une fois sur place à Kinshasa. Mais dans ses propos, il a signifié avoir appris les informations selon lesquelles cette chaine appartenant à l’opposant Adolphe Muzito serait entrain de diffuser les discours haineux et les propos tribalistes. Un dossier qu’il ne semble du tout pas maîtriser. Le chef de l’Etat a tout de même dévoilé sa bonne foi de suivre de très près ce dossier.

« On m’a dit que cette chaine s’est illustrée par des discours haineux, dans les appels à la haine. Je ne peux pas confirmer. Lorsque je serai à Kinshasa, je vais suivre”, affirme Félix Tshisekedi.
Les autorités de la chaîne de Télévision First Radio and Television by Satellite (Rtvs1) ne sont toujours pas notifiées par les instances habilitées pour en savoir plus sur leur signal coupé la veille de la marche de Lamuka du 30 juin à Kinshasa. D’après nos sources, la Rtvs1 serait privée du signal pour offense répétée des membres de la coalition LAMUKA contre le président de la république à travers sa tranche «Spécial Lamuka».