Par la Rédaction

C’est parmi les raisons qui ont motivé le président de la république à autoriser une fouille systématique et le déguerpissement des étudiants dans les homes dans un délai très proche. Les étudiants paraissaient à nos yeux comme une menace dangereuse aussi longtemps que la ville de Kinshasa et Brazzaville couraient un grand risque, confie à Objectif-infos.cd un inspecteur de la police. «Nous avons fait nos rapports à la hiérarchie, et très vite une solution est trouvée», ajoute-t-il. Les étudiants ont même menacé de plastiquer le centre nucléaire, avec comme capacités de nuisance de réduire Kinshasa et Brazza en cendres.

L’opération qui consistait à quadriller les entrées et les sorties menant vers l’université de Kinshasa a été assurée de manière professionnelle et sans arme à feu, affirme notre source qui regrette la perte dans leur camp. Cet agent de la police salue la sagesse du commandant de la ville, Sylvano Kasongo qui a agi avec beaucoup de sagesse sans état d’âme.