Par Jean-Chrisostome Luntadila

Plusieurs éclairages ont été donnés sur la question du retour aux affaires du gouverneur et son vice, lors d’un mini conseil de sécurité tenu à Mbanza Ngungu, juste après la visite du chef de l’État sur le lieu de l’accident et des victimes. En dehors de matières sensibles liées à la sécurité de la province du Congo central, Félix Tshisekedi a voulu se rassurer si Atou Matubuana pouvait recouvrer ses fonctions à la tête de cette province. En présence du président de la république c’est le gouverneur intérimaire qui répondait aux préoccupations de son hôte. «Les députés ont refusé qu’on mette la main à Atou Matubuana», répond sans ambages Marcel Matumpa à la question de savoir la suite réservée à la démarche du procureur près la cour de cassation devant l’assemblée provinciale. Insatisfait, le chef de l’État réplique : était-il question de mettre la main sur lui ou répondre aux exigences de la justice ? «êtes-vous en contact avec le gouverneur ?», a voulu savoir Félix Tshisekedi. «Nous entretenons de très bonnes relations avec Atou Matubuana. Présentement il est en visite familiale ici à Mbanza Ngungu», a répondu le numéro 1 de la province, après avoir balbutié plusieurs sur cette question si simple. Voulant tirer les choses au clair, le président de république a fait des reproches directes aux notables Né Kongo pour avoir, sur la même question, embêté les autorités du gouvernement central «en lieu et place de la résoudre entre vous». Félix Tshisekedi parle sobrement et sagement à son interlocuteur privilégié s’il ne trouvait plus aucun inconvénient que Atou Matubuana rentre comme gouverneur. Marcel Matumpa répond sèchement qu’il n’y avait pas d’inconvénient. «Ok», lâche le président de la république.

Débutée aux environs de 15h00, le conseil de sécurité a pris fin aux alentours de 15h20 dans la salle de réunion de l’hôpital Nsona Nkulu.