Par Jean-Chrisostome Luntadila

C’est l’image d’une crise interminable que veut transmettre l’actuel gouverneur ad intérim du Kongo-central. Ce jeudi 06 novembre 2019, les ministres provinciaux ont forcé leur gouverneur à tenir un conseil des ministres pour examiner la situation politique, économique, sécuritaire et sociale que traverse la population. Il a été constaté plusieurs décisions et arrêtés, dont l’arrêté problématique nommant le Directeur à la Direction générale des recettes de la province du Kongo-central (DGRKC), signées par un intérimaire sans obtenir l’approbation du conseil des ministres. Passé au crible, les actes du gouverneur ont été considérés d’illégaux par les ministres sectoriels.

Des arrêtés querellés

«Pendant le débat le ministre de finance a fait voir au gouverneur ad intérim les irrégularités commises par lui, qui sont de nature à ne pas comprendre», renseigne à Objectif-infos.cd un ministre qui a requis l’anonymat. Les arrêtés de Marcel Matumpa sont non seulement truffés d’irrégularités, mais aussi n’existent pas dans les annales de la province. «Nous lui avons fait remarqué la tricherie qu’il a orchestré à la tête de la province avec ses arrêtés, qui ne sont pas numérotés par le secrétariat général du gouvernement ni paraphés par le ministre des finances», poursuit notre source. Beaucoup de paragraphes de l’arrêté nommant le DG de la DGRKC, parce que c’est de ça qu’il s’agit, ont été changés après sa lecture publique à la Rtnc/Kongo-central. Le ministre des finances se serait déjà plaint après la publication dudit arrêté. «En outre, nous lui avons dit que le poste du Directeur général adjoint n’existe pas à la DGRKC, c’était son invention purement. Subitement, en plein conseil des ministres, le gouverneur nous a brandi un autre arrêté n°29 bis qu’il a signé en catimini pour justifier l’arrêté n°29 qui porte la nomination du DG et de son adjoint à la DGRKC, parce qu’il avait signé un autre arrêté qui portait le numéro 30», rapporte la même source. Les incongruités qui ont occasionné du rififi au conseil des ministres, lieu par excellence de débat des décideurs de la province. La plupart des membres gouvernement provincial n’écartent l’idée selon laquelle le gouverneur ai est géré par des officines contre le développement de la province.

Marcel Matumpa a prêché dans le désert !

«le gouverneur ai a demandé aux ministres de ne pas intervenir aux médias par solidarité gouvernementale, il veut que tout se passe dans la cohésion», poursuit la même source. «Il nous a avoué ses erreurs mais il veut que nous puissions accepter ses arrêtés, ce qui sera inadmissible ! », rétorque une autre source en colère. Le gouverneur Marcel Matumpa ne veut tout simplement pas se dédire pendant que une des personnes nommées est sous suspension pour faits de détournement qui n’ont jamais été élucidés et pour lesquels les enquêtes n’ont jamais pris fin.