Par Edmond Izuba

Artisant de la transition politique sans Joseph Kabila, le Rassemblement des forces sociales et politiques acquises au changement a difficile à abandonner leurs revendications sur le processus électoral. Au cours d’une déclaration en leur siège, tenue sous la houlette de son président Félix Tshisekedi, les partis membres de cette plate-forme politique, qui ont eu à déposer tour à tour leurs listes des candidatures à la députation provinciale, ont réitéré ces préalables : “la mise en oeuvre effective des mesures de décrispation politique ; soit extirpés dans le fichier électoral près de 10.000.000 d’enrolés fictifs ; non à la machine à voter ; non au troisième mandat de Joseph Kabila ; le remplacement d’un membre de l’Udps à la Ceni ; sans quoi, ils ne prendront pas part au scrutin du 23 décembre 2018.

Le rassemblement regrette du climat délétère pendant cette période, caractérisé par les initiatives qui menacent le processus électoral, la stabilité du pays et de la région.