Par la rédaction

 

Ouvert depuis le mercredi 7 Novembre 2018 à Kinshasa, le Forum national de paix et de réconciliation, organisé par les Chefs des confessions religieuses, à travers la Commission d’intégration et de médiation électorale –CIME-, chapeautée par le Révérend Delphin Elebe Kapalay, poursuit bel et bien sa lancée, demeurant dans la même vision, celle de la tenue des bonnes élections, crédibles, transparentes et dans un climat de paix en RDC.

Au cours de la deuxième journée du forum, survenue le jeudi 8 novembre 2018, les observateurs de la situation électorale depuis des nombreuses années, n’ont pas manqué d’émettre leurs points de vue, et par la même occasion ont fait part des pistes de solution, qui pourraient  faire en sorte que les élections se passent dans des meilleurs conditions.

 

Devant les protagonistes politiques de toutes tendances confondues, des prêtres et des hommes religieux, des membres de la CENI et sans oublier les médias, des  Observateurs et experts en matière électorale en République Démocratique du Congo, en marge de ce forum national qu’a organisé la CIME, ces derniers ont énuméré des contraintes survenues dans le passé, lors de deux précédentes élections de 2006 et 2016, caractérisées par des contestations au lendemain de la publication des résultats. C’est ainsi, après de moult réflexions, les observateurs électoraux ont  formulé quelques recommandations adressés à chaque partie prenante au scrutin du 23 décembre 2018. «Les élections sont capitales en ce sens qu’elles permettent l’affrontement par les urnes, plutôt que par les armes », a analysé un des observateurs.

 

Pour les experts qui ont exposé lors du forum national pour la paix et la réconciliation organisé par la CIME, afin d’assumer ensemble une responsabilité citoyenne en vue des élections crédibles, la mise en place d’une « situation room » demeure nécessaire. En commençant par les observateurs et les témoins dans les BVD, l’installation d’une chambre d’écoute et d’appel, une chambre d’analyse et de décisions, telles sont quelques propositions de l’observateur. À l’issu de ces interventions, un débat général et des discussions s’en étaient suivis par des questions des assistants.