Par Edmond Izuba

Depuis sa cellule du pavillon I de la la prison centrale de Makala, le député national Franck Diongo ne transige pas sur un de ses droits les plus légitimement, le droit de vote.

Ayant privé à Franck Diongo l’obtention de la carte d’électeur, carte faisant office de pièce d’identité, la commission électorale nationale indépendante, Ceni, à travers son le président veut écarter intentionnellement l’acteur politique de la course électorale.

Dans cette lettre signée par son conseil, John Omehata, l’élu de Lukunga rappelle à la centrale électorale l’obligation légale prescrite dans la loi électorale telle que modifiée à ce jour, «Nul n’est éligible s’il ne rempli les conditions suivantes: avoir la qualité d’électeur et se faire identifier ou enrôler lors du dépôt de candidature».
Les réclamations récentes auprès des cours et tribunaux se sont considérées à la réplique musclée du ministre d’Etat, ministre de la justice et garde des sceaux, «le condamné Franck Diongo n’étant pas déchu de ses droits civils et politiques, vos services ne peuvent pas s’opposer à son enrôlement».

L’acteur politique de l’opposition, encore éligible et électeur, n’a jamais renoncé à sa carrière politique. Son enrôlement lors du dépôt des listes de sa formation politique parait imminent, et c’est pendant que la révision de la décision sur sa condamnation à 5 ans de prison en cassation n’a pas encore livré son dernier mot.