Par la Rédaction

 

La date du 22 novembre 2018, sera sans nul doute, date à laquelle des grandes décisions vont avoir lieu , au sortir des assises du Centre interdiocesain, où les Évêques de la CENCO vont examiner scrupuleusement l’évolution du processus électoral dans tous ses contours. En effet, la rencontre de trois jours va ainsi, permettre d’avoir un aperçu sur la position de l’Eglise face au processus électoral en cours. C’est à cette date que la Centrale électorale va donner l’ego pour la campagne électorale. Entre le rapport final des travaux et le début de la campagne électorale, l’ébullition va grimper au bas mot.

 

En perspective de ces assises, ce jeudi 15 novembre 2018, des membres de familles des prisonniers et exilés politiques , dont ceux de Katumbi, Diomi Ndongala, Muyambo et Cie, ont saisi d’ores et déjà  l’Eglise catholique. Objectif ? Plaider la libération et l’abandon des poursuites judiciaires de quelques opposants hostiles au régime en place. Ces protestataires ont par ailleurs transmis en bonne du forme le mémorandum intitulé : « où est ton frère ? ». Ce dernier, réclame à l’église  d’aller au bout de leurs engagements devant la nation congolaise pris le 31 décembre 2016.

 

Cette délégation de protestataires a été conduite par la femme d’Eugène Diomi Ndongala. Ensemble, ils n’ont pas manqué d’exprimer leur mécontentement quant à la situation infortunée que subissent les prisonniers et les exilés politiques , pourtant , à les en croire, l’Accord de la saint-sylvestre table sur l’abandon des poursuites judiciaires et la libération de tous ces acteurs politiques concernés. « La CENCO dans son rôle de facilitation de l’Accord de la saint Sylvestre , avait pris l’initiative de se porter  garante de la libération des prisonniers et du retour des exilés politoques, en demandant à l’opposition et à la société civile , pendant les discussions au centre interdiocesain de Kinshasa , d’accepter que ceux-ci soient libérés après la signature de l’Accord, et pas avant , comme ces composantes exigeaient préalablement », l’on pouvait lire dans ledit mémo destiné à la CENCO. Toutefois, cette dernière est saisie et verra ce qu’elle pourra faire. Il sied de soulignent que les évêques seront en Assemblée plénière du 20 au 22 novembre prochain à Kinshasa.