Serge Mavungu

La Directrice générale du Fonds Nationale de Promotion et de Service Social (FNPSS) par un arrêté de la Ministre des Affaires sociales signé, le 23 mars 2020.
Alice Mirimo s’en est remis au Premier ministre.
Pour elle, son Ministre de tutelle a fait preuve d’abus et excès de pouvoir.
Elle déplore le caractère illégal de sa suspension car n’étant précédée ni d’une demande d’explication, ni d’une quelconque ouverture d’action disciplinaire et encore moins de la moindre remarque.
Grave encore, la concernée n’a jamais été notifiée.
Cette mauvaise nouvelle, Alice Mirimo l’a apprise à travers les réseaux sociaux.
Et Alice Mirimo de préciser dans sa lettre adressée au Chef du gouvernement : » la mesure de la Ministre Rose Boyata viole l’instruction du Premier
Ministre portant signature des arrêtés ainsi que les dispositions de la loi n°08/009
du 7 juillet 2008 portant dispositions générales applicables aux Etablissements publics et du Décret13/007 du 23 janvier 2013 fixant les statuts du FNPSS ».
A en croire plusieurs.observateurs,en cette période de crise sanitaire dictée par la pandémie de la Covid-19, pareilles situations ne sont à même de faciliter l’unité d’action et de prière, telle que souhaitée par le Chef de l’État Félix Antoine Tshisekedi.
Comme il est de coutume à pareil cas,Alice Mirimo craint sur sa sécurité et cette de sa famille.
Sur les ondes de la Radio Onusienne,elle a lancé un cri d’alarme.
Ceci d’autant plus que les policiers qui assuraient sa sécurité se sont retirés sans raison,et une de ses collaboratrices a été kidnappée,ses ravisseurs tenaient mordicus à obtenir son adresse physique, a-t-elle confié.