Par Lepetit Baende

Le ministre de la Santé publique, M. Oly Ilunga, était ce mercredi 17 octobre 2018 à l’Assemblée nationale, accompagné de son collègue des Relations avec le Parlement, Jean-Pierre Lisanga Bonganga. C’était pour répondre à une question orale avec débat lui adressée par le député national Albert-Fabrice Puela sur l’accès universel aux soins de santé en République démocratique du Congo.

En apportant ses éléments de réponse devant la représentation nationale, le ministre Oly Ilunga a présenté quelques faits saillants de la couverture sanitaire universelle en Rdc, qui est une composante essentielle de tout projet de société. Et il a déploré la fragmentation de l’aide publique au développement pour le secteur sanitaire en Rdc.
Poursuivant son speech, le ministre a répondu aux questions de l’offre de santé en qualité et en quantité, avant d’aborder quelques actions menées par le Gouvernement de la République en faveur du secteur de la santé en Rdc ainsi que des efforts fournis par son ministère pour améliorer l’accès aux soins de santé des Congolais, sans omettre les stratégies de financement entreprises par l’Etat congolais pour y parvenir.
Pour le ministre Oly Ilunga, la couverture sanitaire universelle ne doit pas être un simple slogan, mais une réalité vécue par les Congolais. Et le cap est mis vers le Fonds national de développement sanitaire.

Près d’une dizaine d’autres interventions de députés nationaux ont suivi par après. Et plusieurs autres préoccupations ont été soulevées.
Entre autres, autour de la gratuité des soins pour des maladies chroniques telles que la drépanocytose ; des diverses difficultés éprouvées par le Ministère de la Santé publique pour assurer une meilleure couverture sanitaire à la population congolaise ; de l’insuffisance d’infrastructures sanitaires adéquates à travers le pays ; du déficit du personnel de santé en Rdc ; de la mécanisation des agents de l’Etat du secteur de la santé, etc.

Il revient donc incessamment devant l’assemblée plénière de la représentation nationale, dans moins de 48 heures, pour des éclaircissements nécessaires à ces sujets.