Par Edmond Izuba

Après plusieurs rendez-vous manqués et repports systématiques des audiences, les juges de la cour de cassation se sont réunis ce lundi 27 Août 2018 au grand complet pour examiner la requête sur la révision de la dernière condamnation, déposée par le prisonnier politique Franck Diongo. L’affaire a été prise en délibéré pour un arrêt définitif qui doit en principe intervenir le 05 septembre 2018.

Les avocats du président du Mouvement Lumumbiste Progressiste, MLP, demeurent pessimistes pour la suite de cette affaire à la cour, ils espèrent que les juges de cette instance judiciaire être en mesure de corriger les fautes comprises dans l’arrêt de la cour suprême de justice, de part de l’innocence de leur client.

Condamné à une peine de cinq ans de prison, pour séquestration et arrestation arbitraire de trois agents de la garde républicaine, le député national de l’opposition a vu l’affaire vidée de toute sa substance quand le tribunal de grande instance de Ngaliema n’a pas retenu ces infractions contre les auteurs matériels (physiques) des accusations. 15 de ses militants arrêtés le même jour que lui, soit le 19 décembre 2016, date constitutionnelle marquant la fin du deuxième et dernier mandat de Joseph Kabila, ont été libérés avec effet de non retour, après avoir démontré noir sur blanc que les GR étaient plutôt protégés (en sécurité) dans la résidence de Diongo et non enlèves ni maltraités.