Par Edmond Izuba

Escorté par les militaires de la garde républicaine ce mercredi 18 juillet 2019, Franck Diongo a répondu à l’heure, 09h00, à l’appel des juges de la cour de cassation, pour le verdict final. En révision, la cour de cassation est appelée à dire le bon droit sur les faits reprochés à ce député national et sa condamnation de cinq ans de prison.

«Le président national du mouvement lumumbiste progressiste, Franck Diongo, a été condamné comme auteur intellectuel des infractions commises par ses militants, arrestation arbitraire et détention illégale assortie de tortures. Mais nous constatons que les quinze auteurs materiels de toutes ces infractions ont été tous libérés. Donc, les infractions condamnant Franck Diongo ne doivent plus exister.»
Dans son jugement rendu sept mois après la condamnation de l’auteur intellectuel des infractions, le parquet de grande instance de la Gombe a préféré acquitter les auteurs matériels avec effet de non retour, tour à tour, les 15 militants, présumés auteurs matériels sous le commandement du député Mlp.

Une mobilisation importante des militants du mouvement lumumbiste progressiste qui assistent à distance à l’audience, encerclés par les forces de l’ordre.