Par Lepetit Baende

La Cour constitutionnelle de la République démocratique du Congo affiche de nouveau au grand complet. Elle peut ainsi fonctionner à plein régime. Ils sont au total neuf haut-juges qui ont prêté serment ce mercredi 04 juillet devant le Président de la République, Joseph Kabila Kabange et les deux Chambres du Parlement ainsi que les cops constitués dans une salle des congrès du Palais du peuple rempli comme un oeuf.

À savoir, il y a d’abord les cinq haut-juges qui siègent depuis 2014 à la Cour constitutionnelle. Entre autres, MM. Benoît Lwamba Bintu, président actuel de la haute Cour et ancien premier président de l’ex Cour suprême de justice; Jean-Pierre Mavungu, professeur en droit à l’Université de Kinshasa et ancien directeur de cabinet du président de l’Assemblée nationale; Évariste Funga Molima, 55 ans, ancien porte-parole puis directeur de cabinet du premier président de l’ex Cour suprême de justice de 2008 à 2011; Corneille Wasenda Nsongo, 67 ans, ancien avocat à l’ex Cour suprême de justice et conseil inscrit à la Cour pénale internationale (CPI) et Noël Kilomba Ngozi Mala, ancien conseiller à l’ex Cour suprême de justice.

Il ya ensuite les quatre nouveaux haut-juges qui nommés tout récemment par Ordonnance présidentielle. Il s’agit en premier de M. Norbert Nkulu Kilombo, né le 15 décembre 1946, et originaire de Malemba Nkulu, dans l’actuelle province du Haut-Lomami.

Avocat de carrière, l’on se souviendra que c’est lui qui avait rendu justice à la victoire finale du Président Joseph Kabila, lors du contentieux électoral à la Cour suprême de justice en 2006 contre Jean-Pierre Bemba. Signalons aussi que M. Norbert Nkulu fut directeur de cabinet adjoint du Président de la République Joseph Kabila et ambassadeur de la Rdc au Rwanda.

En deuxième lieu, il y a le haut-juge Jean Ubulu Pungu, né le 24 août 1953, licencié en droit de l’Université nationale du Zaïre depuis 1981, ancien substitut du procureur au Parquet de grande instance de Mbanza-Ngungu. Marié et père de 7 enfants, il est aussi l’émancipation du Conseil supérieur de la magistrature dont il était le secrétaire permanent.

Les deux derniers nouveaux membres de la haute Cour proviennent du Parlement de la République. Il s’agit notamment de l’ancien sénateur Polycarpe Mongulu Tapangane, né le 03 mars 1945. L’on se rappellera que cet ancien avocat général de la République et ancien procureur général de la République de 1976 à 1997, avait pris acte de la prestation de serment du Feu Président de la République M’Zee Laurent Désiré Kabila.

Enfin, il y a le benjamin de la Cour, François Bokona Wiipa Bondjali, 51 ans, ancien député national élu d’Inongo dans la nouvelle province de Maï-Ndombe, ancien président de la commission Politique, administrative et juridique (PAJ) de l’Assemblée nationale, de 2012 à mai 2018, docteur en droit de l’Université de Kinshasa, et ancien avocat au barreau de Kinshasa-Gombe.

Candidat professeur associé au département de droit international public et relations internationales de l’Université de Kinshasa, chercheur en droit constitutionnel et droit administratif, co-auteur de Lexique des Assemblées politiques délibérantes avec son collègue le docteur Aubin Minaku Ndjalandjoko, président de l’Assemblée nationale, le haut-juge François Bokona est marié et père de 5 enfants.

C’est donc une équipe de neuf juristes et juges chevronnés, expérimentés, qui vont pouvoir piloter la Cour constitutionnelle de la Rdc en ce moment décisif et historique de son évolution politique et démocratique.