Par MB

L’on savait que le jugement qui a été prononcé le lundi 18 mars 2019, en France, il condamnait l’artiste musicien congolais Koffi Olomide, à une peine de deux ans de prison avec sursis. Mais, l’on ne savait pas que ce grand artiste Congolais ira en appel pour protester contre cette sentence. En tout cas, c’est ce qu’il est au point de faire, dans le but de laver son image.

Rétropédalage

L’initiateur du style « Tchatcho » ne sera pas incarcéré. Seulement, la justice va veiller et observer scrupuleusement sur son comportement pendant toute cette période qui suit l’après l’arrêt du juge. Donc, l’auteur de la chanson « Tchernobyl » ne peut commettre une bavure, surtout pas un acte délictueux.

Au cas contraire, il sera directement mis aux arrêts, quelle que soit la nature de l’infraction commise.
Cependant, le patron de Quartier Latin International n’est pas totalement satisfait du jugement rendu par la justice française.
Bien qu’il soit exempté d’une peine d’emprisonnement, il vient d’instruire à son collège d’avocats conseils de préparer un dossier pour contester la décision finale du Tribunal.
Deux raisons ont motivé la star de la rumba à aller en appel, renseigne-t-on.

Premièrement, l’artiste pense avoir encore d’autres éléments nouveaux qui ont été, semblé-t-il, usurpés pendant le déroulement du procès pour entériner son innocence dans cette affaire. C’est ainsi que l’homme du ‘‘Tcha-tcho’’ sollicite un second round pour les étaler au grand jour.
Deuxièmement, Antoine Makila Mabe mise aussi sur son casier judiciaire au risque d’être frappée par d’autres mesures restrictives au cas où il est condamné.
«Je savais que le dossier était vide. La décision de la justice l’a prouvé. Je suis relaxé et lavé de tout soupçon. Tout le monde comprend qu’il y a eu une main noire derrière pour pousser ces danseuses à monter cette cabale contre moi. Est-ce que vous pouvez croire vraiment, moi Koffi violer une fille ? Dieu est juste. Je suis relaxé. Malgré cela, je ne suis pas pressé à me rendre en Europe. J’ai beaucoup souffert dans cette affaire qui m’a mis dans une position où j’avais du mal à fréquenter régulièrement ma famille. Je ne me rappelle même plus la dernière fois que j’avais accompagné mes enfants à l’école. J’imagine les souffrances de ma femme Aliya depuis tous ces temps. Mais, donnons le temps au temps. Je crois que mes avocats iront en appel pour contester cette sentence…», a déclaré Koffi Olomidé à la presse.

D’emblée, il convient de noter que sa peine a été allégée faute de preuves et surtout le Tribunal avait constaté trop de contradictions et les confusions dans les langages des accusatrices.