Par Edmond Izuba

Kinshasa abrite depuis mercredi 21 novembre 2018 les travaux de l’assemblée générale ordinaire de la Société Internationale d’électricité des pays des grands lacs (Sinelac), une structure qui regroupe les ministres ayant la gestion des ressources hydrauliques et énergie de trois  pays voisins ; à savoir : le Rwanda, le Burundi et la Rdc, sous la houlette de la CEPGL, communauté économique des pays de grands lacs. Au cours de son allocution d’ouverture axée sur les points à l’ordre du jour, le ministre de l’énergie et des ressources hydrauliques de la république démocratique du Congo a rappelé la nécessité d’une intervention urgente pour la réhabilitation des infrastructures de la centrale hydroélectrique communautaire Ruzizi II, suite à la détérioration de ses ouvrages et ses équipements vu son importance dans la fourniture de l’énergie électrique  à ces trois pays.

Dans le but d’atteindre leurs objectifs : d’assurer la sécurité de l’alimentation électrique des opérateurs économiques et d’autres artisans des secteurs productifs pour la croissance économique, aussi de permettre l’accès aux populations à l’électricité, sans discrimination, pour l’amélioration de leurs conditions de vie ; préserver l’environnement pour faire face au défi du changement climatique ; l’ assemblée générale de la Sinelac a été invitée à évaluer le niveau d’exécution des décisions de la dernière réunion de l’assemblée, la dénomination statutaire et de l’état d’avancement des négociations avec la Banque de développement des Etats des grands Lacs (Bdegel) pour le financement du projet de réhabilitation de la centrale de Ruzizi II.