Par Edmond Izuba

“Lingwala n’a pas besoin de supers citoyens qui piétinent les droits des autres”, propos du député provincial élu de Lingwala qui fustige les constructions arnachiques dans cette municipalité. L’ancien journaliste s’indigne du fait que ces constructions d’une certaine classe d’individus sont assises sur les caniveaux, tuyaux de la Regideso et les câbles de la Snel, ce qui rend difficile les travaux de réhabilitation. Le cas le plus récent est celui d’une habitation située au numéro 291 de l’avenue Mbumu dans la commune de Lingwala où la construction anarchique repose sur l’emprise publique se fait en dure.

«J’ai été alerté par mes électeurs, quand j’ai posé la question de savoir le nom de son propriétaire on va me parler d’un général. J’ai contacté, pour besoin de proximité, la bourgmestre de la commune de Lingwala, elle a refusé de prendre au téléphone», explique Mike Mukebayi.

Révolté, l’élu de Lingwala annonce qu’il va saisir le bureau de l’assemblée provinciale pour exiger les enquêtes sur ce cas particulier et le nouveau gouverneur élu.