Par MB

La clôture de la session parlementaire de mars 2018 s’est déroulée dans la débandade totale, provoquée par certains députés nationaux qui exigent leurs indemnités de sortie sous la gestion de Minaku. Ils ont haussé le ton en exigeant sur le champs la réponse du speaker de la Chambre Basse du Parlement, et le traitement de ce dossier avant l’examen des autres dossiers.

Chose étonnante est que certains Députés nationaux ont voulu se battre dans le temple de la démocratie. Ce qui allait créer un scandale en cette fin de la session ordinaire de mars 2018. Ces élus promettaient d’ores et déjà de créer un scandale s’ils ne sont pas payés au plus tard le 14 juin. Voilà, ce qui justifierait le manque d’impatience.

Après cet incident, la plénière a repris son cours normal, passe à présent à l’examen du rapport sur les défenseurs du droit de l’homme, présenté par la commission CNDH, en attendant la convocation d’une audience à huit-clos.