Par Edmond Izuba

C’est jeudi que Félix Tshisekedi et son directeur de campagne Vital Kamerhe seront à Kananga, chef-lieu de la province du Kasaï central à partir de 14 heures, heure de Kananga. Après sa communion du hier jeudi avec la majeure partie de la population, le successeur de Etienne Tshisekedi va continuer sa campagne électorale pour ratisser large.

Lors de son adresse à la population de Mbuji-Mayi, le candidat à la présidentielle a déploré les conditions precères dans lesquelles la province du Kasaï oriental toute entière est plongée : « Aujourd’hui c’est un grand jour pour l’histoire de notre pays, nous sommes là comme un seul homme dans la capitale diamantifère, où malheureusement il y a pas d’eau, électricité, la Miba est en faillite, il n’y a aucune route en bonne état, il y a un problème de scolarisation de nos enfants. »

A Félix Tshisekedi de promettre de rassurer à cette population : « une fois au pouvoir, nous commencerons par la relance de la Miba et de la vie sociale de la population. L’État va prendre en charge la scolarisation et la formation professionnelle. Après les études aux humanités, chaque élève doit faire une année de formation militaire pour rendre service à la nation. Nous allons créer l’emploi pour la survie de notre peuple. Nous penserons  à toutes les couches de la population, à nos mamans, les fonctionnaires de l’État, la police…, votons le numéro 20 pour le changement… »

Le meeting avait pris fin sous les mélodies d’une chanson en mémoire d’Etienne Tshisekedi, ancien président de l’Udps, dont la dépouille mortelle se trouve à l’étranger jusqu’aujourd’hui.